Les seules limites sont celles que nous nous imposons

Accueil > Doszen griot > Clichés et marginalités en littérature africaine > Clichés et marginalité en littérature africaine au travers du roman (...)

Jet d’encre

Clichés et marginalité en littérature africaine au travers du roman "Effacement" de Percival Everett

Auteur : Joss Doszen

lundi 10 août 2015, par Dridjo

A PARAÎTRE...

Fruit d’une collaboration des éditions Kusoma, éditeur de livres numériques basé au Sénégal et l’auteur-éditeur Joss Doszen.

Lecture-chronique du roman "Effacement", de l’auteur américain Percival Everett, par aux éditions Actes-Sud (2004, Babel 2005) et traduit de l’américain par : Anne-Laure TISSUT

A PARAITRE EN SEPTEMBRE 2015

Clichés et marginalités en littérature africaine au travers du roman « Effacement » de Percival Everett

Dans le cadre de la promotion et la vulgarisation des littératures des Afriques une série de rencontres a été lancée en 2013 (Université Populaire des littératures des Afriques), afin d’inciter des lecteurs d’horizons divers à découvrir et/ou à redécouvrir des œuvres africaine.
Ces rencontres ont fait émerger de nombreux sujets de réflexion sur ces littératures des Afriques.

La découverte du roman " Effacement " de l’auteur américain Percival Everett a soulevé l ‘admiration, devant la qualité de l’œuvre, et a surtout fait écho à des problématiques que rencontrent les acteurs de cette littérature africaine, à savoir le cliché et la marginalité à laquelle elle est - trop souvent - rattachée.

« Simplement parce que la société entière vie du cliché de l’autre, que l’homme a une tendance naturelle à marginaliser ce qui est différent. Les littératures africaines francophones existent dans un environnement dans lequel elles représentent "l’autre", ce "différent de soi" que l’on reçoit avec suspicion car on le connait mal. Et je parle aussi bien de la société française que de l’élite intellectuelle africaine qui a été nourrie aux mamelles littéraires occidentales et qui va, à tâtons, vers les littératures africaines. Il est donc – de mon point de vu – nécessaire de réfléchir à tous les freins qui pourraient y avoir dans la meilleure connaissance de ces littératures. Si nous voulons avoir une place dans le concert de la culture internationale il nous faut imposer la (les) voix d’auteurs africains dans l’inconscient mondial. Et cela passe par promouvoir la lecture mais aussi des réflexions sur les productions africaines. »

Joss Doszen

Extrait de « Effacement », Percival Everett (Actes Sud, 2004)

Thelonius Monk Allison, romancier noir américain meurtri dans son ego tant le succès n’a cessé de le fuir avec la plus admirable constance, et qui ne parvient pas à se satisfaire de sa brillante carrière universitaire, se voit un jour reprocher de ne pas écrire dans un style “assez black”. Révolté par le succès phénoménal d’un roman consacré à la rude réalité des ghettos et dépourvu à ses yeux de la moindre qualité, il en écrit, sous pseudonyme, une parodie incisive qu’il incite son agent à soumettre à un éditeur, par défi... suite


Voir en ligne : Editions Kusoma

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.